Des projets d'accord ont été conclus dans presque tous nos secteurs. Pour la plupart, si pas dans tous les secteurs, nous avons bon espoir que ces projets d'accord soient approuvés par le Conseil syndical ou les comités techniques concernés avant le début des vacances.

Les grandes lignes directrices

Les lignes directrices des différents projets d'accord sont à chaque fois identiques. Tout d'abord évidemment maximiser les possibilités d'un pouvoir d'achat minimum et une hausse des cotisations de la pension complémentaire, en sachant bien que nous devons rester particulièrement attentifs en matière de rendement garanti.

Des carrières décentes

Nous avons en outre essayé dans tous les secteurs de poursuivre l'élaboration d'exigences qualitatives et notamment de nous pencher sur le défi des travailleurs de demain : comment veiller à ce que la carrière de nos travailleurs reste décente ?

Un modèle sectoriel

Le congrès de la FGTB Métal a opté pour « un modèle sectoriel de "travail durable" tenant compte de toute la carrière du métallurgiste qui identifie les conditions de travail difficiles (la charge physique de l'emploi, le travail à la chaîne, le travail de nuit, le travail continu, le travail monotone, la durée de la carrière, etc.). En fonction de ces pressions et de leur cumul, les travailleurs doivent, durant toute leur carrière, avoir accès à certaines facilités comme le retour à une équipe de jour, la réduction du temps de travail, un encadrement de carrière, un crédit-temps prioritaire, etc. »

Le projet d'accord de la CP 111 opte pour un modèle sectoriel qui offre des réponses durables. Nous y avons esquissé une première ébauche mais celle-ci doit naturellement encore être approfondie.

D'un fonds de formation à un fonds de carrière

Les formations et le recyclage sont un élément essentiel du travail décent. C'est la tâche de nos fonds de formation. Mais la tâche de nos fonds de formation paritaires doit également être réétudiée en fonction des nouveaux défis.

C'est pourquoi le projet d'accord de la CP 111 stipule que nos fonds de formation doivent, à terme, devenir des fonds de carrière. Dans notre résolution du congrès, nous affirmons que « à l'avenir, le syndicat doit pouvoir remplir ce rôle comme gardien d’une carrière à vie et de l’organisation du travail (tant individuellement que collectivement) ». Nous devons aussi pouvoir initier cette tâche collective par le biais de nos fonds de formation. Il est donc important que ces fonds deviennent des fonds forts gérés de manière paritaire. C'est une condition sine qua non, sur laquelle nous nous pencherons à court terme.

Des carrières durables, du travail intéressant

L'attention doit se porter sur l'entièreté de la carrière du travailleur. Sinon, on risque que le travail décent se limite à une compensation en fin de carrière ou à un break temporaire à un moment précis de la carrière. Le stress professionnel et le burn-out resteraient un problème sociétal dans ce cas.

Herwig Jorissen

Président