Les vacances sont achevées. Tout le monde a repris le chemin du travail. L'année politique et sociale débute doucement. Le conseil a décidé que la hausse de la TVA sur l'électricité de 6 à 21 % sera tout de même intégrée dans l'index. A titre de rappel : Test-Achats a calculé que cette hausse de la TVA augmenterait de 250 euros la facture moyenne d'électricité. Le visage « social » du gouvernement de droite a estimé que le pouvoir d'achat des familles régresserait de trop si cette hausse n'était pas intégrée dans l'index. En plus d'une inflation basse, cela aurait entraîné la procrastination des consommateurs. Et cela n'est pas bon pour l'économie.

Sur une année de politique asociale, une famille a déjà perdu 680 euros en moyenne. Même si l'on tient compte des 100 euros supplémentaires par mois qui au final ne seront pas 100 mais 70 euros maximum par mois. Et l'accord sur le tax shift annoncé en fanfare semble présenter de nombreuses zones d'ombre. En outre, il est clair que le tax shift revient à une redistribution de la classe moyenne vers les meilleures classes.

Alors que la crise économique a fait d'énormes ravages dans la plupart des pays de l'UE, son impact social s'avère limité en Belgique grâce à notre système social. Toutefois (ou devrions-nous dire de ce fait ?), ce gouvernement prend justement notre système social en ligne de mire. Ceux qui ont moins les moyens ou qui vivent d'une allocation ont la vie de plus en plus difficile. Les chômeurs, les malades de longue durée sont traités comme s'ils étaient les nouveaux parias.

Juste avant les vacances d'été, le gouvernement flamand a officiellement enterré la nouvelle politique industrielle de l'ancien gouvernement flamand. Les cyniques pourraient souligner qu'il n'y avait pas grand chose à enterrer car la politique industrielle était assez réduite. Le gouvernement Bourgeois va à l'avenir « soutenir le monde industriel de manière entreprenante ». Il ne sait pas encore comment il va s'y prendre mais si la politique du gouvernement Michel et des mêmes partis est une indication, alors nous, nous le savons. Des cadeaux pour les employeurs et rien en contrepartie pour les travailleurs. Sans parler des emplois.

L'été touche à sa fin et il est clair que rien n'a changé depuis le printemps. Nous allons devoir poursuivre notre lutte de longue haleine. C'est une lutte de chaque jour. Les efforts quotidiens de nos gens sont clairement visibles au travers des témoignages de cette page dans Le Travailleur. Notre site Web présente chaque semaine une nouvelle expérience d'un militant de la FGTB Métal. C'est comme cela que nous avons édifié notre système social et les droits des travailleurs. Et c'est comme cela que nous les protégerons. De toutes nos forces. En allant toujours de l'avant. Premier arrêt : Bruxelles, le 7 octobre.

Herwig Jorissen

Président