Le point de vue...

Le point de vue de notre organisation, exprimé dans les paroles de notre Président.

 

En entretien avec ... Président Hewig Jorissen.

Parlons de travail faisable. Dans deux de nos entreprises, et non des moindres, Volvo Trucks et CNH, les travailleurs sont en grève (à long terme) pour diverses raisons :

- Une pression de travail très élevée ;
- Du matériel désuet ;
- Une communication professionnelle interne qui laisse à désirer ;
- Une direction qui ignore les signaux des hommes sur le terrain transmis par les syndicats.

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse. C'est le cas ici, avec toutes les conséquences qui s'ensuivent. A un point tel qu'en cas d'accord, même les syndicats ont toutes les peines du monde à convaincre les travailleurs. Les ouvriers n'ont plus confiance en la direction.

Volvo et CNH ne sont pas des cas isolés. Le Moniteur de la faisabilité du travail de la Fondation flamande Innovation & Travail indique qu'en 2016, le taux de faisabilité s'élevait à 51 %. Le pourcentage de travailleurs avec un emploi faisable en Flandre a donc baissé par rapport à 2013, où il était de 54,6 %. Autrement dit, plus de la moitié des Flamands n'ont pas de travail faisable. Cette baisse est notamment due au stress pendant le travail. 34,2 % des travailleurs se trouvent dans une situation problématique due à une fatigue psychique (+ 5 % par rapport à 2013). D'où également une baisse de la motivation et de l'implication.

Cette situation est néfaste pour différentes raisons.

- La qualité du travail est d'importance capitale pour rester actif plus longtemps. Parmi les travailleurs de + de 40 ans ayant un travail faisable, 78,7 % estiment qu'ils pourront tenir jusqu'à la pension. Plus le travail est problématique, plus ce taux baisse (jusqu'à 17,7 %).
- Surcharge de travail, autonomie réduite et climat social de piètre qualité... Des aspects importants traduisant de mauvaises conditions de travail. Une étude récente a toutefois démontré, une fois de plus, l'importance d'un bon climat social pour la santé des travailleurs, qui a à son tour des conséquences sur l'identification des travailleurs avec leur équipe, leur emploi, leur entreprise. Et tout le monde sait que des travailleurs contents sont des travailleurs (plus) productifs.

Nos listes de revendications incluent la faisabilité du travail. Il va de soi que quelques jours de congé en plus ne rendent pas le travail plus faisable. Mais plus supportable peut-être parfois. Les patrons vont donc devoir proposer des alternatives. Le mantra selon lequel le travail acceptable coûte cher ne tient plus la route. Volvo Trucks et CNH montrent que le travail infaisable coûte aussi cher : des ouvriers démotivés, à la grève parce que rien ne va plus.

Parlons donc de travail faisable. Car si la situation est déjà intenable dans des grosses entreprises avec de grosses délégations, qu'est-ce que cela doit être autre part.

Herwig Jorissen

Président