Le point de vue...

Le point de vue de notre organisation, exprimé dans les paroles de notre Président.

 

En entretien avec ...  le Président Herwig Jorissen.

Le gouvernement Michel met tout en œuvre pour que les travailleurs de ce pays soient perdants :

• suppression de la semaine de 38 heures
• réintroduction de la période d’essai
• activation des malades de longue durée

• blocage des salaires
• carrières plus longues pour une pension moins élevée
• chasse aux chômeurs au lieu de lutter contre le chômage
• clémence envers la fraude fiscale et 15 milliards d’euros de dépenses dans de nouveaux avions de chasse
• et l’emploi, cet emploi qu’on ne trouve nulle part. Pire encore : alors que les employeurs sont servis comme des rois par ce gouvernement, ils lui rient au nez par l’intermédiaire de Karel Van Eetvelt (UNIZO). Merci au gouvernement pour la diminution des charges salariales, dit-il, mais il ne faut pas trop compter sur des créations d’emploi.

Le problème du gouvernement Michel est qu’il est loin de faire preuve de bon sens sur le plan socio-économique. Et que les travailleurs et les citoyens de ce pays en subissent chaque jour les conséquences. L’honnêteté n’est pas seulement souhaitable. Dans un pays où un enfant sur cinq grandit dans la pauvreté, elle est cruciale pour notre survie. Voilà pourquoi nous devons continuer à nous battre contre un gouvernement qui veut démanteler les fondements de l’État social. Car c’est bien ce qui est en train de se produire, mesure après mesure. C’est la raison pour laquelle le 1er mai sera, plus que jamais, un jour de combat.

Des études récentes de la KUL et de Randstad ont encore une fois démontré de manière convaincante que les citoyens de ce pays ont une grande confiance envers les syndicats. Bien plus que ce que pensent les médias ou les partis politiques. Ce n’est pas un hasard si nous avons plus de membres cotisants que les partis n’ont d’électeurs qui ne doivent rien débourser. Ce n’est pas un hasard si aucun mouvement ne rassemble autant de volontaires qui s’engagent gracieusement bon an, mal an. Chez nous, ces volontaires sont nos militants.

Ce sont ces militants qui se préparent aujourd’hui pour les élections sociales. Pendant quatre ans, ils ont aidé les travailleurs des entreprises dans les bons comme dans les très mauvais moments : avec une prestation de services, lors de restructurations, par le biais de négociations et d’actions si nécessaire. Dans le même temps, ces forces vives de la FGTB-Métal ne se sont pas contentées d’agir entre les murs de l’entreprise et ont montré l’exemple dans la lutte contre ce gouvernement de droite asocial.

Le 1er mai, camarades, nous ferons la fête comme de coutume. Ensuite, les militants de la FGTB donneront leur dernière impulsion dans les entreprises :

• travail soutenable : pas de flexibilisation poussée
• maintien de la semaine de 38 heures
• maintien de notre pouvoir d’achat
• disparition du travail précaire
• pas d’augmentation de l’âge de la pension, mais de la pension tout court
• ensemble, on est plus forts

ET ENSEMBLE, NOUS GAGNERONS CES ÉLECTIONS. EN AVANT. AVEC TOUTES NOS FORCES !

Herwig Jorissen
Président